Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 20:19

Un lieu qui a marqué la jeunesse ponténégrine dans les années 1950, c'est le cinéma Vox.

Il se situait à côté de l'hôtel-restaurant "Le Métropole" à l'extrémité de l'avenue de Bordeaux, appelée plus couramment, "route du du Port".

Un peu plus loin, se dressaient les grandes portes du port, en fer forgé, encadrées de deux piliers de pierre blanche. L'accès (contrôlé par une guérite) donnait ensuite sur les quais d'embarquement où tous les bureaux se trouvaient, avec les hangars qui abritaient les balles de coton, les sacs de café... prêts à quitter le sol congolais, ou à l'inverse le vin arrivant de France.

Hôtel Métropole et Cinéma Vox vers 1960 (carte postale Studio les Arcades)

Hôtel Métropole et Cinéma Vox vers 1960 (carte postale Studio les Arcades)

Le cinéma Vox était confortable avec des sièges rembourrés, recouverts de velours rouge, comme son homologue de l'avenue de Gaulle, "La Potinière", de taille plus modeste.
 

Tous les soirs le film projeté changeait, et le cinéma était plein à chaque séance. Il faut dire que c'était l'une des rares distractions...

Il était alors possible de fumer dans la salle pendant les séances... Aucune nostalgie de ce côté là pour moi !

Façade du Cinéma Vox (carte postale Studio les Arcades)

Façade du Cinéma Vox (carte postale Studio les Arcades)

La photo ci-dessus montre la façade du cinéma, à gauche son enseigne, un peu masquée par les arbres, de petits badamiers, comme il en avait été planté le long de plusieurs avenues de Pointe-Noire.

A droite, sous les trois ouvertures rondes rappelant les hublots des bateaux, se trouvent les affiches. D'après les témoignages reçus, pour la programmation, il pouvait s'agir de films de divertissement, comme les séries B américaines, les films d'action et autres péplums, comme "Hercule" ou "Maciste", mais aussi des films "classiques" français de l'époque.

La mode était encore aux entractes. Le cinéma possédait un bar, et chacun pouvait passer le temps de la pause, en prenant un café ou en buvant un verre.

Le bar du cinéma pouvait aussi devenir un lieu de rencontre entre les marins, logés à l'hôtel Métropole, et les filles aux moeurs légères...

Cinéma Vox dans le quartier du Port de Pointe-Noire

Cinéma Vox dans le quartier du Port de Pointe-Noire

La vue aérienne ci-dessus permet de localiser le cinéma, dans l'immeuble visible au premier plan, à proximité de l'ancien wharf et de la rue de la Douane (le magasin "France-Congo" faisait l'angle de la rue http://voyage-congo.over-blog.com/article-pointe-noire-colonial-batiment-france-congo-119004085.html ). On voit au second plan le bâtiment en U de l'Etat Major de Pointe-Noire.

Le cinéma Vox a disparu, tout comme la Potinière, et le cinéma Rex, transformé en salle de prière d'une église évangélique. La concurrence des cassettes et DVD, et plus récemment des vidéos sur internet, a été mortelle aux cinémas ponténégrins...

Mais un nouveau cinéma a courageusement ouvert ses portes en 2015 à Pointe-Noire. Le "Complexe Royal", situé dans le quartier Mpita (route de l'aéroport), tente aussi de promouvoir le cinéma congolais.

Le bâtiment du cinéma Vox abrite désormais des bureaux. Je ne sais pas s'il a été rasé et entièrement reconstruit, ou simplement réaménagé.

L'avenue de Bordeaux a été renommée Avenue Félix Eboué, du nom du Gouverneur de l'Afrique Equatoriale Française à la période de la "France Libre", pendant la Seconde Guerre Mondiale.

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 17:15

C'est une carte postale qui nous montre la destruction, visiblement toute récente, des rochers emblématiques de Pointe-Noire, à l'origne de ce toponyme.

Une voie ferrée étroite a été mise en place tout le long du rivage du cap naturel. Pour cela, les rochers qui faisaient obstacle ont été réduits tout simplement en miettes...

Une petite motrice, ainsi que des wagonnets, utilsés pour le transport des matériaux sont visibles au premier plan.

 

Pointe-Noire : travaux du port (carte postale vers 1934)

Pointe-Noire : travaux du port (carte postale vers 1934)

On identifie un colon Blanc, aux côtés de trois ouvriers Noirs, qui sont pieds-nus. Un wagonnet porte une marque peinte en blanc "Entraco", du nom de l'entreprise qui effectue les travaux.

 

Pointe-Noire : travaux du port, détail (carte postale vers 1934)

Pointe-Noire : travaux du port, détail (carte postale vers 1934)

Le parallèle avec une vue montrant le "rocher fétiche" en 1928 est éloquent. Le wharf visible en arrière plan sert de point de repère.

Le recul pour la prise de vue est légèrement différent, mais on voit bien l'ancien emplacement du rocher, avec le reste du tronc de l'arbre qui figurait à ses côtés.

Roche fétiche de Pointe-Noire (cliché Gouvernement Général AEF - août 1928)

Roche fétiche de Pointe-Noire (cliché Gouvernement Général AEF - août 1928)

Pointe-Noire : travaux du port, détail (carte postale vers 1934)

Pointe-Noire : travaux du port, détail (carte postale vers 1934)

Les premiers remblais effectués permettent de créer des avancées dans l'océan et ensuite par des travaux d'enrochement plus importants permettront de mettre en place les fondations du port de Pointe-Noire.

La pose de la première pierre du port a eu lieu officiellement le 11 juillet 1934, mais on sait qu'une "plate-forme", selon les textes de l'époque, était déjà en place à ce moment là.

On peut donc situer, sans trop de risque d'erreur, la prise de vue au premier semestre 1934.

  

  

La modeste avancée dans l'océan est qualifiée de "jetée" sur une autre carte postale de la même période.

L'expéditeur écrit au verso : "Pointe-Noire, 4 février 1935, Mon cher Gustave, 

Dans ce nouveau port, les travaux avancent lentement. Que d'argent il faudra ! Enfin pour les navigateurs, cette (?) donne un petit peu de trafic."

Il faudra en effet plusieurs années pour que l'embryon de port permette aux bateaux d'accoster.

Pointe-Noire - La Jetée vers 1934 (© cliché Fouladou - Editeur Delboy)

Pointe-Noire - La Jetée vers 1934 (© cliché Fouladou - Editeur Delboy)

La voie ferrée à voie étroite, mise en place tout le long du cap jusqu'à la côte Mondaine, est très bien illustrée par cette carte postale. La prise de vue est effectuée depuis le "creux" de la baie de Pointe-Noire. On parle alors de "corniche" à l'instar de celle de Brazzaville.

   

Un individu posté au milieu de la voie (un "indigène") donne l'échelle au paysage, tout comme la silhouette bicolore du phare, et tout au fond le wharf, en filigrane, empiétant sur l'océan.

"Corniche" de Pointe-Noire et phare (vers 1935 © éditeur Photo Océan)

"Corniche" de Pointe-Noire et phare (vers 1935 © éditeur Photo Océan)

La voie ferrée se poursuivait le long de l'avenue de Loango et permettra de faire le lien avec des entreprises implantées dans ce quartier (notamment pour le transport de billes de bois vers des scieries) jusqu'aux années 1950.

Le développement du transport motorisé par camion mettra fin à ce mode de convoiement ferroviaire.

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories