Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 17:00

Derrière de hauts murs et un portail vert, on remarque un long bâtiment peint en jaune, recouvert de tôles. Il est difficile à voir ! 

 

pnr-mission-plateau-2

Entrée de l'ancienne Mission du Plateau

 

De face, j'arrive à monter sur une pierre et à faire un cliché plus probant. On visualise mieux le caractère religieux de l'édifice. De petites ouvertures gothiques ornent la façade.

Des casseaux de bouteille ont été mis tout le long des murs, et visiblement le mur en parpaing a été réhaussé de 3 rangées. Voleurs, passés votre chemin !

 

pnr-mission-plateau-1

Façade de la Mission catholique du Plateau

 

C'est l'ancienne mission catholique du quartier du Plateau, où résidaient les soeurs de la Congrégation du St Esprit. Le bâtiment a peu changé (contrairement à son environnement), seuls les balcons ajourés à l'étage ont été murés.

Sur cette ancienne photo, on voit en arrière plan les ouvertures en arc de cercle du rez-de-chaussée, que je n'ai pas pu voir.

 

pointe-noire-mission-enfants-deguisés

Enfants déguisés devant le bâtiment de la mission vers 1950 (© Françoise)

 

C'est à la mission que les enfants faisaient leur catéchisme ou bien se déguisaient (pour le carnaval ou une pièce de théâtre ?).

Ils posent ici devant des wagonnets. Etait-ce un vestige de la voie étroite qui partait du port et du phare (le sentier de fer), permettant le transport de matériel, et prémices du CFCO ?

 

pointe-noire-mission-communiantes

Communiantes à l'intérieur de la Mission catholique en 1953 (© Françoise)

 

A l'intérieur les communiantes, dans la moiteur équatoriale, supportaient leur voile et leur longue robe, gants blancs et missel à la main. Les garçons, plus chanceux, pouvaient porter un short.

Autrefois, la mission était simplement entourée d'un muret peint en blanc et dans un écrin de cocotiers. Filles en robe et garçons portant un brassard venaient en procession pour leur communion, devant la statue de la Vierge, ici avec le Père Ernest Ozanne.


pointe-noire-mission-communiants

Communiants dans l'enceinte de la Mission catholique du Plateau (© Françoise)

 

Aujourd'hui, c'est une école consulaire, avec semble t-il à l'étage des logements. Une petite statue de la vierge subsiste en façade, précairement abritée sous des tôles rouillées.


pointe-noire-mission-vierge

Satue de la vierge en façade de l'ancienne mission du Plateau

 

 

Un peu d'histoire...

Avec le développement démographique de la ville, les autorités ecclésiastiques décident de s'implanter plus fermement à Pointe-Noire, au détriment de la mission historique de Loango. ll fallait se rapprocher des ouailles !

Un Père réside en permanence dans la ville depuis 1927. En 1928, la mission catholique de Pointe-Noire obtient un terrain de deux hectares, sur la concession des Batignolles. Les autorités administratives sont réticentes à attribuer les terrains tant que les plans directeurs et le tracé de la voie ferrée ne sont pas fixés.

Un presbytère et un "grand immeuble en ciment" (11 m de large sur 27 m de long) sont alors construits en 1929-1930. Son rez-de-chaussée servira de "cathédrale provisoire". Les textes parlent à cette époque d'une construction dédiée à "Notre-Dame del Sasso" (Notre-Dame du Rocher).

 

plan-pointe-noire-1955

Emplacement de l'évêché (croix à côté de "Plateau"), le bâtiment de la mission est à gauche en remontant l'avenue du Colonel Génin (plan vers 1955 avec les dénominations de l'époque)


Il s'agit en fait du futur "évêché" qui a vu le jour à quelques encablures du bâtiment de la mission du Plateau, de l'autre côté de l'avenue de Gaulle (cf Bâtiment colonial : l'évêché de Pointe-Noire).

Mais il n'y a point de rocher sur le site de l'évêché ! De fait, il s'agit de rendre hommage aux tessinois qui ont contribué largement aux frais de construction, par l'intermédiaire de l'oeuvre de Saint-Pierre Claver. "Madonna del Sasso" étant la patronne de Locarno et du Tessin (canton Suisse).

Une nouvelle mission s'implante ensuite dans le quartier St Pierre en 1948, près du "village indigène".

 

pointe-noire-mission-jeanne-arc soeurs

Mission "Sainte Jeanne d'Arc" vers 1955 (carte postale)

 

Quant à la mission des soeurs, elle s'implante à partir de 1952 dans le quartier du Plateau. Un collège est fondé par les religieuses, juste à côté (cf Autour de la résidence, quartier du Plateau).

 

Source : 

Les spiritains au Congo de 1865 à nos jours - Jean Ernoult - Congrégation du St Esprit- 1995

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 16:00

Après le repas sympathique avec Anne et Bernard, je me repose un peu et finis de faire les valises.

Je reçois un coup de fil de Patrice. Mauvaise nouvelle, son fils Allan a de fortes douleurs thoraciques et il a été obligé de consulter en urgence, cette nuit vers 5h du matin. Je lui promets de passer les voir avant de partir, d'autant plus qu'il est presque sur la route de l'aéroport.

Avant de quitter l'hôtel, j'offre quelques chocolats et des oranges vertes aux réceptionnistes. Je ne vais pas les emmener en France !

Je libère la chambre pour de bon et en attendant mon chauffeur, je montre quelques photos au serveur Polesky, lequel achève son service. En voyant les chutes de la Bouenza, le jeune homme me dit qu'il est originaire de Mouyondzi. Il a fui les combats de 1998 (il n'avait alors que 12 ans) et est passé par Moukoukoulou (à pied je présume).

David, le neveu de Manu, passe en coup de vent à l'hôtel. Tout sourire. Ce soir, c'est lui qui m'emmenera avec son taxi à l'aéroport. Puis Manu arrive avec son copain Ghislain, ils m'emmènent boire une bière dans un petit Nganda, pour passer le temps, et marquer mon départ.

 

 

pnr-plateau-maison-coloniale

Maison coloniale, rue Libondo, quartier du Plateau

 

Nous sommes à côté du stade Anselmi dans le quartier du Plateau. Je reconnais les lieux. Par contre, j'ai du mal à reconnaître l'environnement immédiat. J'ai l'impression que le terrain était auparavant clôturé, mais on m'assure que non.

C'est là que nous avions fait une étape houblonnée en revenant de Dolisie en mai 2010. Avec notre ami Justice qui trouvait le mauvais vin espagnol, très bon ! D'ailleurs, la publicité radiophonique locale pour Gandia vante les bienfaits pour la Santé... des sulfites. Bizarrement en France, c'est l'inverse, l'étiquetage est obligatoire et les fortes doses déconseillées.

Nous prenons place sur des tabourets, accoudés au bar. Bière obligatoire. Nous parlons de tout et de rien, des projets de Manu, des relations entre homme et femme, entre Noirs et Blancs, de jalousie...


Je fais un petit tour à pied dans le quartier avec Ghislain. En face, on trouve une maison coloniale en pas trop mauvais état. Architecture très classique des maisons de cette époque dans le quartier du Plateau. Dommage que les murs de parpaing ceinturant la parcelle gâchent la vue...

En guise de rond-point, on a installé à l'angle de la rue Libondo, deux pneus peinturlurés en blanc. Ghislain me dit que "libondo" est un poisson (c'est en effet le nom vernaculaire d'une sole de petite taille au Congo).

Puis je découvre par hasard un autre bâtiment colonial qui m'avait échappé jusqu'ici.

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories