Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 16:30

Après avoir laissé Patrice devant le Palm Beach, je décide de faire un tour sur la plage. Voilà presque 15 jours que je suis là, et je n'ai pas encore mis les pieds sur la Côte Sauvage !! Mon hébergement au Derrick n'y est pas pour rien...

 

Je rencontre Jacques qui m'accompagne dans ma promenade. Je dois retrouver Gauthier qui veut m'emmener ensuite à la "cité", mais il n'est pas encore là.

Je constate avec horreur que "ma" petite boutique "Super crémerie" (cf Vie quotidienne : coq et pub... ) a été repeinte en rouge et annexée par un immonde enclos publicitaire, dédié à une célèbre marque de soda. Berk... Cela dénature le site.

 

cote-sauvage-pub-soda

Stand publicitaire...

 

Mais je retrouve avec plaisir l'ambiance dominicale de la plage de la Côte Sauvage : la foule bigarrée, les acrobates, les joueurs de foot, les baigneurs du dimanche, les parasols, les buveurs de bière, les photographes et petits vendeurs...

 

cote-sauvage-plage-foule

Foule sur la Côte Sauvage 

 

Le jour commence à décliner, mais la foule est encore dense sur la plage. La poussière se mêle aux embruns et enveloppe les promeneurs. Les petits crabes en tenue de camouflage ont intérêt à se planquer dans leur trou... ce n'est pas le moment de sortir une pince !

 

plage-crabe-sable-congo

Petit crabe des sables

 

Nous dépassons la "frontière" du débouché d'égout qui se jette dans l'océan. On a de nouveau planté les panneaux "Baignade interdite, risque de noyade" dans cette zone. Quelqu'un en tient-il compte ?

Gauthier nous rejoint, il a marché vite pour le faire. Il est content de me voir. Nous passons quelques instants à observer les joueurs de foot. Il les identifie comme Béninois, de part la langue qu'il entend. Je suis bien incapable de le faire ! Je reçois un ballon dans le dos, échappé d'un autre groupe plus "professionnel" qui joue au dessus.

 

cote-sauvage-soleil-plage

Soleil déclinant sur la Côte Sauvage...

 

Sur le trajet du retour, nous croisons les acrobates qui poursuivent leurs cabrioles jusque dans l'océan. Quelle vitalité et quelle souplesse !

Il est plus de 18 heures quand nous retrouvons les abords du Palm Beach. Fini le bol d'air marin ! Je dois nettoyer mes lunettes de l'empreinte balnéaire. Les gens quittent la plage peu à peu... Gauthier appelle un taxi et nous voilà partis pour la cité.

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 13:00

Après notre halte consacrée au pont de Songolo, nous filons chez Manu en guidant notre chauffeur Alfred. Mais en arrivant chez notre hôte, le "cuisinier" n'est pas prêt et avant même que nous descendions de notre véhicule, il nous invite à patienter en allant nous promener au Mazra Club !

 

Nous descendons donc le chemin en direction de l'océan. C'est une bonne idée car Patrice et Alfred ne connaissent pas ce lieu ! C'est pourtant un bout de nature préservée aux portes de la ville (cf La mangrove du "Mazra club" ), un écosystème intéressant et fragile, celui de la mangrove.

 

C'est donc moi qui sert de guide à mes comparses congolais... Après avoir acquitté le modique droit d'entrée, nous cheminons sur les pontons du (petit) parc naturel, au milieu des palétuviers. 


 

 songolo-mazra-patrice

Patrice et Alfred sur les pontons...

 

Patrice et Alfred sont surpris par le lieu et ravis de découvrir les animaux que je leur montre : "tapis" de crabes, insolites périophtalmes (cf Mangrove : l'étrange périophtalme ), dont nous voyons de jeunes spécimens bondir sur la vase, martin-pêcheur au vol vif (cf Mazra club : oiseaux de la mangrove ) et oiseaux blancs nichant en colonie dans les arbres (cf Mazra club : oiseaux de la mangrove (suite) ). Patrice se promet de revenir avec les enfants !

 

Le tarif de l'entrée donne le droit de boire une bière. Nous nous installons ainsi sous la paillote du restaurant. La vue sur Pointe-Noire est toujours agréable et nous avons le visage fouetté par le vent. La serveuse n'est pas très douée pour nous expliquer les marques de bière que l'on peut choisir... Il faut s'y prendre à plusieurs fois ! J'opte pour une bière brune, avec un taureau dessus. J'ai oublié son nom, mais je crois qu'elle vient d'Angola. Ma foi, elle n'est pas mauvaise. Nous réclamons à la serveuse quelques cacahuètes, c'est l'heure de l'apéro tout de même ! A côté de nous, un couple d'asiatique (chinois ?) a pris place.

 

Il doit être environ 2 heures quand nous retrouvons Manu. Il a emmenagé dans son nouveau local... Son ancienne boutique en planches a été rasée (cf Dimanche : chez Manu à Songolo) sur la parcelle située un peu plus bas. En face de lui, il a maintenant de la concurrence, avec un bar où la musique résonne.

Son nouveau commerce n'est pas terminé... Loin de là ! Les murs en parpaing ont été peints à la hâte et seule une partie est couverte par des tôles. A l'avant se trouve la petite boutique (épicerie-bar) et des tables pour boire un verre, et à l'arrière la partie "restaurant".

 

songolo-manu-resto

Repas chez Manu...

 

Oh, ne cherchez pas d'étoiles ici !! Le sol est en terre battue et les murs gris sont barbouillés de blanc. Mais notre hôte a pris soin de mettre une nappe blanche en papier sur la table en bois. C'est la convivialité qui prime sur le confort et la beauté du cadre. 


Manu débouche une bouteille de Bordeaux. Il utilise le tire-bouchon que je lui ai offert. Pour rire un peu, je lui explique que certains appellent en France ce type de tire-bouchon à leviers, un "de Gaulle". En référence à la célèbre position du général, lors de ses discours, les bras levés vers le ciel... comme le tire-bouchon une fois tourné à fond !!

 

Discours de brazzaville 1958

De Gaulle lors d'un discours... bras levés ! 

 

Notre cuisinier nous sert du likouf grillé. Avec un effort sur la décoration végétale ! Il y a quelques mouches et Manu allume donc des bougies, censées les chasser. Elles sont posées sur les bougeoirs ramenées de France. Cette fois, les bougies ne se cassent pas la gueule !

 

songolo-resto-likouf 

Likouf grillé 

 

Au cours du repas, deux amis de Manu nous rejoignent, dont l'un se prénomme Sosthène. Plus de poisson frais... Peu importe, on ouvre une grosse boite de thon en conserve. En dessert, nous dégustons une papaye bien mûre.

Quand on leur fait un cadeau, les congolais ne peuvent pas s'empêcher bien souvent d'en faire un en retour... Manu a la gentillesse de m'offrir un paquet cadeau. Je déballe le papier et découvre deux sets de table et un sac en tissu aux motifs africains et un objet en bois abritant des dessous de verre. Sympa ! 


Nous quittons Songolo vers 17h. Patrice semble content (il a fait un gros effort en n'allant pas à l'église cet après-midi). Nous remercions notre hôte pour l'accueil et les efforts déployés, avec de maigres moyens. Je dois maintenant rejoindre la plage de la Côte Sauvage où je vais retrouver Gauthier.


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories