Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 20:00

En ce jeudi, les formations se poursuivent au Km4. Je change d'élèves : cette fois-ci il s'agit des pharmaciens et du chirurgien. A midi, je dis aux vendeurs d'antiquité toujours présents devant la résidence, de ne pas m'attendre ce soir. Je leur donne rendez-vous à vendredi soir.

 

En effet, je dois aller ce soir au resto avec Olivier. Le pharmacien passe me chercher au Derrick vers 19h30 et nous prenons la direction de l'aéroport, pour tourner à droite au niveau de l'hippodrome. Nous empruntons la route de la gendarmerie, qui est en chantier. Le panneau "Route barrée" n'empêche personne de passer...

Outre la perspective de passer un moment ensemble, Olivier a pour objectif de me présenter le propriétaire français du restaurant "Sous les manguiers", où j'étais déjà venu lors d'une précédente mission.

 

resto-manguiers-entrée-PNR

Entrée du restaurant "Sous les manguiers" 

 

Nous prenons place au bar près de l'entrée. Olivier me présente Michel, accoudé au comptoir. Le restaurateur, à l'embonpoint assumé, est présent à Pointe-Noire depuis une trentaine d'années. En dehors de son restaurant, Michel organise parfois des actions culinaires à plus grande échelle, lors de manifestations publiques. Il a seulement quitté la ville pendant environ deux ans au moment de la guerre civile des années 1990. Michel connaît donc très bien Pointe-Noire et nous raconte ainsi qu'il a été le témoin des hauts et des bas dans les relations franco-congolaises. La situation peut très vite changer... Il a par exemple subi des jets de pierres dans son restaurant. Il suffit de quelques personnes pour manipuler des enfants ou des jeunes, et leur désigner un ennemi ! Le "français" que l'on a sous la main sert alors de bouc émissaire au mécontentement des dirigeants en place. Notamment quand on met le nez dans leurs affaires (conflit sur "les biens mal acquis"...).


Nous parlons aussi de l'histoire plus ancienne, de la gare de Pointe-Noire notamment. J'ai découvert que la gare était l'oeuvre de l'architecte Jean Philippot (cf  Gare de Pointe-Noire : Deauville ?). L'utilisation d'éléments de l'architecture normande au coeur de l'Afrique est pour le moins surprenante. J'invite Michel à lire l'article sur mon blog. Qu'il connaît déjà, car il trouve l'article que j'avais écrit en 2009 (cf Sous les manguiers) assez élogieux pour son commerce. Il se souvient notamment de Jacky qui dépiautait son poisson !

Michel nous fait part du fait que les familles françaises installées depuis longtemps à Pointe-Noire sont assez réticentes à sortir leurs anciennes photos. C'est dommage, car la ville est en train de considérablement changer et ces clichés sont le témoin d'un temps révolu. Sans doute n'ont-ils pas conscience de la valeur patrimoniale de leurs archives familiales ?

 

Pendant que nous prenons l'apéro au bar, nous passons commande en cuisine, car il faut un peu de temps de préparation. Je reste dans la tradition du poisson grillé (ce devait être un bar ce soir là). Olivier taquine gentiment le personnel de service. C'est un habitué des lieux !

Nous évoquons les travaux en cours à Pointe-Noire. L'élargissement et le bitumage de la route de la gendarmerie qui passe devant son restaurant est source d'inquiétude pour Michel. Les véhicules vont rouler plus vite et immanquablement les accidents seront plus nombreux et plus graves. Il déplore la disparition progressive des manguiers quasi-centenaires de l'avenue. Chacun prend le droit de les abattre... On a fait de même au rond-point du 31 juillet où un superbe ficus a été abattu.

Un grand projet de modification du carrefour au niveau du passage à niveau du CFCO et de l'avenue Marien Ngouabi est en cours. Il est prévu de faire un pont au dessus des voies. Le but est de mieux gérer les flux de circulation de la route de l'aéroport, le lieu étant fréquemment l'objet d'importants bouchons, sans compter la dangerosité du passage à niveau. Le chantier sera t-il mené à bien ? Michel nous raconte que les édiles locaux sont allés au Burkina Faso voire une construction de ce type et que leur objectif est de faire encore mieux que les Burkinabés. 

NB : un article détaillé présente ce chantier sur le site du "congo dechainé", cliquer sur ce lien  : link

 

 

Nous saluons le sympathique restaurateur et prenons place sous la grande paillote. Nos plats sont prêts !

 

resto-manguiers-paillote-PNR

Paillote du restaurant "Sous les manguiers"

 

Nous dégustons nos poissons grillés. Le seul inconvénient pendant ce repas, ce sont les piqûres de moustique... Un ami d'Olivier vient nous rejoindre. Xavier n'est pas dans son assiette. On peut le comprendre, il vient d'apprendre le suicide d'un membre de sa famille.

Nous discutons Congo et musique. Xavier est un musicien branché Jazz. Il oeuvre avec les musiciens du coin et gagne ainsi sa vie. Il doit se produire demain soir dans un petit bar.

Olivier évoque la complexité des relations au Congo, relations entre Blancs et Noirs qui semblent n'avoir guère évoluées depuis l'Indépendance. Il nous parle d'un vieux bouquin qui dresse le portrait de plusieurs personnages type de l'époque coloniale. Il m'en conseille la lecture (il s'agit d'Azizah de Niamkoko, d'Henri Crouzat, publié vers 1959).

 

Vers 22h30, il est temps de rentrer. Nous traversons les tranchées de la rue en chantier. Etrangement, nous retrouvons devant le restaurant la même personne, téléphone portable à l'oreille, qu'en arrivant !

Olivier me conduit au Derrick et je le remercie pour cette agréable soirée.

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 21:00

Après la visite à l'hôpital, me voilà de retour dans la famille de Patrice. Depuis la dernière fois, il a construit un petit muret ceinturant la maison, censé le protéger un peu des inondations. L'efficacité reste à démontrer...

Miracle, cette fois il y a de l'électricité ! Lors de mes précédentes venues, ce n'était pas le cas. Je retrouve les enfants de Patrice. La nièce Bridalia crie toujours, fait le cirque, Chris et Prefna essayent en vain de la calmer... Je leur suggère de la laisser tranquille, elle finira bien par se taire.

 

C'est chose faite peu après, quand je déballe mes petits cadeaux... Dont une boite de chocolats. Etrangement, la petite fille ne pleure plus dès qu'on lui offre cette friandise. Elle s'amuse ensuite avec sa cousine Chance, et l'oreiller rose que je lui ai offert.

 

patrice-chance-bridalia

Chance et sa cousine Bridalia

 

Le plus grand fils, Chris Laurey, attend avec impatience le livre de comptabilité Ohada que je lui apporte. Il se plonge tout de suite dedans. Je l'entends à plusieurs reprises dire quelque chose comme "Super, j'ai la réponse !". Le bouquin servira aussi à Prefna et Rosine qui font également de la comptabilité. 

Pour Chris "Saint-Euge" (j'ai du mal à m'habituer à ce prénom...) j'ai amené une revue scientifique. Lui commence à rêver d'être médecin. Je lui dis que les études sont longues et difficiles. Il doit passer son bac scientifique d'abord, il verra bien après.

Pour les plus petits, Allan et Sofian, j'ai apporté un livre sur les différents pays du monde. Nous feuilletons le bouquin ensemble et bien sûr prenons le temps de voir ce qui est écrit sur le Congo et la France.

J'allais oublié mon cadeau pour Patrice, un CD de Moustaki ! Comme il fredonnait parfois ses chansons à l'hôtel, j'ai pensé à lui offrir cela.

 

patrice-famille-paule

Patrice entouré de ses enfants et de sa nièce

 

Comme cette fois, il y a de l'électricité, je peux leur montrer les photos de mon week-end à Brazzaville avec Manu. Les enfants ne connaissent pas la capitale, à part Chris Laurey qui a dû y aller une fois. Patrice est épaté par la beauté de chutes de la Loufoulakari (cf Les chutes de la Loufoulakari... enfin ! ).

 

Après, les enfants tiennent à me montrer Shrek en version congolaise. Eh oui, cela existe !! Au delà de la langue, ce sont les situations qui sont adaptées. Allan me traduit un peu, et par exemple l'ogre vert mange du... foufou ! L'introduction musicale est assurée par le musicien congolais Lokua Kanza, dont je reconnais le timbre de voix. Bref, un Shrek africain, même si les images d'origine restent inchangées.

 

Il est tard, les plus petits sont partis se coucher, et il est temps aussi pour moi de rentrer dormir. Patrice et Chris Laurey m'accompagnent à pied jusqu'à la route goudronnée. La nuit est étonnamment claire et on se déplace sans souci dans l'obscurité. C'est la pleine lune ! Il y avait de plus ce soir, une éclipse totale de lune. Mais je l'ai ratée... Je rentre en taxi au Derrick après avoir salué mes hôtes. Je dois revoir Patrice le week-end prochain.

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories