Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 21:00

Suite à la fondation de la ville en 1922, un projet d'adduction d'eau potable voit le jour à Pointe-Noire en 1925 (archives AEF / Inspection Générale des Travaux Publics).

 

J'ai trouvé quelques clichés anciens qui correspondent vraisemblablement à ces travaux (vers 1927-1928). 

 

pointe-noire-adduction-eau

Tranchée ouverte pour les conduites d'eau (© Marichelle - Loango)

 

Ce premier cliché montre une tranchée d'environ 2 mètres de profondeur, creusée dans un vaste plateau au sol très sableux, avec très peu de végétation.

A gauche, les canalisations (en fonte ou en béton ?) attendent d'être positionnées au creux de la tranchée.

 

pointe-noire-adduction-eau-ouvriers

Ouvriers congolais à la tâche sous l'œil du contre-maître (© Marichelle - Loango)

 

Autour et dans la tranchée, on compte une vingtaine d'ouvriers Noirs et un Européen (reconnaissable à son casque colonial blanc) qui supervise le raccordement des tronçons entre eux. On remarque deux petits panneaux rectangulaires blancs, fichés au bout de tiges plantées dans le sol (pour faire le niveau ?).

La plupart des ouvriers sont torse nu, habillés d'un simple pagne autour des reins. Quelques uns portent une chemise et parfois un chapeau. A l'arrière plan, une femme chemine avec une modeste charge posée sur la tête.

 

 

pointe-noire-chantier-eau

Travaux en lisière de forêt ? (© Marichelle - Loango)

 

Le second cliché est un peu plus difficile à interpréter. Il s'agit apparemment de travaux de terrassement, cette fois-ci dans une zone plus boisée et escarpée.

 

pointe-noire-chantier-eau-ouvriers

Colons et ouvriers prennent la pose (© Marichelle - Loango)

 

Au premier plan, la femme d'un colon pose pour la photographie. Derrière, un homme avec un casque colonial. A ses côtés, deux hommes Noirs font singulièrement un salut militaire ! S'agit-il de laptots ou autres miliciens ? Pour la plupart originaires d'Afrique de l'Ouest, ils encadraient bien souvent les autres africains travaillant au Congo.

Sur la droite, armés de pelles, cinq ouvriers déblaient un talus. S'agit-il de remblayer une tranchée située au centre, déjà refermée ?

 

pointe-noire-tranchee-conduite

Tranchée ouverte dans le sable (© Marichelle - Loango) 

 

Un troisième cliché montre de nouveau une large tranchée, dans un paysage un peu plus arboré, mais cette fois, pas grand monde autour. A droite, un bras avec une chemise empiète sur le cliché ! A gauche, on note la présence d'une voie ferrée étroite (les prémices du Congo-Océan ou bien simplement une voie de service pour ce chantier ??).

Au premier plan, un tronc d'arbre est jeté au travers de la tranchée, semble t-il pour servir de pont.

Enfin au centre de la tranchée, il y a un ouvrier Noir, avec apparemment un outil ou un instrument posé devant lui. On aperçoit la canalisation sous ses pieds et l'eau qui ruisselle sur le sol.

 

pointe-noire-tranchee-eau-ouvrier

Canalisation et ouvrier au centre de la tranchée (© Marichelle - Loango)

 

Les travaux d'adduction d'eau consistaient à mettre en place une grosse canalisation depuis le lac Gambouissi, situé à une quinzaine de kilomètres du centre de Pointe-Noire, afin d'alimenter l'agglomération par simple gravité (d'après P. Vennetier, 1968). 

 

Ces photos sont collées sur un épais papier cartonné et comportent au dos le logo "Marichelle Loango".

 

 loango-marichelle-photo-logo

 

Il s'agit bien sûr du Père Christophe Marichelle de la mission catholique de Loango, excellent photographe, qui produisit de nombreux témoignages de la vie au Congo, principalement dans le Kouilou, pendant un quart de siècle. Décédé à Loango en 1929, cela permet de dater très probablement ces clichés d'avant cette date. 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 20:00

Le second hôtel qui vit le jour à Pointe-Noire est l'hôtel "Ottino", du nom de l'entrepreneur d'origine italienne, prestataire pour la Société de Construction des Batignolles, spécialisé dans le béton armé. Il œuvra notamment pour la construction de nombreux ponts du CFCO ou des ponts routiers (cf Brazzaville : le vieux pont sur le Djoué ) et également pour la construction du phare de Pointe-Noire (cf Terre d'ébène : le mystère du phare... éclairci ! ) et du premier wharf. 


 

pointe-noire-vue-1940

Vue aérienne de Pointe-Noire vers 1940  (carte photo - Anonyme)

 

Cet hôtel se situait dans le quartier de la gare, à gauche après cette dernière, en allant en direction de l'aéroport. Une magnifique vue aérienne du centre-ville, prise vers 1935-1940, montre cet hôtel entouré de pelouses et de jardins agréablement dessinés.

On constate que l'habitat est très dispersé, le sable et les lagunes insalubres sont encore au cœur de la ville. Les bâtiments officiels semblent avoir poussés au milieu de nulle part...

 

pointe-noire-vue-hotel-ottino

Hôtel Ottino et ses jardins vers 1940 (détail de la carte photo)

 

Etant donné sa proximité immédiate avec la gare de voyageurs, il est également appelé "Hôtel de la Gare" ou "Hôtel Terminus", Pointe-Noire étant bien sûr le point d'aboutissement de la voie ferrée venue de Brazzaville.    

Des fenêtres de l'hôtel, on a alors une vue imprenable sur la gare et l'avenue du Port, qui sera plus tard bétonnée. De nombreux employés et cadres œuvrant à la construction du chemin de fer, puis à celle du port, y trouvaient dans les années 1930-1940 un point de chute, idéalement situé, en attendant le prochain paquebot qui les ramènerait vers la France.

 

pnr-avenue-port-ottino-pref 

Pointe-Noire, avenue du Port en 1956 (Anonyme - © CAOM)

 

Mais la vocation hôtelière ne dure pas très longtemps. Pointe-Noire devient en 1949 la capitale politique du Moyen-Congo, en abritant le siège du gouverneur, du chef du territoire et de l'assemblée territoriale, ainsi que des services administratifs.

Il faut soudain abriter des centaines de nouveaux fonctionnaires et la réquisition du grand bâtiment permet d'y remédier rapidement. La population européenne de la ville bondit ainsi de plus de 40% en un an, passant de 1966 à 2788 habitants (source : Pierre Vennetier - Pointe-Noire - ORSTOM 1968).

 

pnr-hotel-prefecture

Services administratifs - AEF - Pointe-Noire (carte postale Hoa Qui vers 1955)

 

Une carte postale des années 1950, nous montre la façade de l'ancien hôtel abritant les "services administratifs". En forme de U, il comporte un rez-de-chaussée et deux étages. Des coursives sont présentes à chaque niveau, soulignées par les balcons en béton ajouré, y compris sur le toit. Un avant bâtiment, à seulement un niveau, rompt la monotonie de l'ensemble, en formant un degré.

 

pnr-vue-avenue-port-prefecture

Place de la gare vers 1955, vue sur le siège du gouvernement (carte postale Hoa Qui)

 

La cité ponténégrine perd sa vocation de capitale dans les prémices de la décolonisation, suite au vote du 28 novembre 1958 (cf Pointe-Noire : bâtiment de l'Assemblée Territoriale ). 

C'est bien entendu Brazzaville qui redevient la capitale, cette fois de la République du Congo, dont l'Indépencance est proclamée un peu plus tard, le 15 août 1960.

 

prefecture-ottino pointe-noire

La préfecture de Pointe-Noire en 2013 (source : www.brazzaville-adiac.com)

 

L'édifice conserve toutefois son rôle d'entité administrative et devient le siège de la Préfecture de Pointe-Noire. Aujourd'hui, l'ancien "hôtel Ottino" étale toujours sa grande façade blanche le long de l'avenue Marien N'Gouabi. Il a peu changé, si ce n'est qu'un troisième niveau a été ajouté et que le degré de l'avant bâtiment a été perdu, rendant l'immeuble un peu plus massif.

 

ottino-hotel-pointe-noire-nord

Hôtel Ottino vers 1945, côté jardins (carte photo - Anonyme)

 

Par contre, cette vue côté jardins est devenue impossible, des constructions ont pris leur place. Disparus depuis longtemps, les allées tracées, les vasques, les pelouses et autres arbustes...


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories