Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 15:15

Le monument au centre du rond-point dit du Tribunal ou du Consulat (de France) est enfin dévoilé ! La commémoration des 50 ans de l'Indépendance a permis de le sortir de son carcan de tôles (cf Rond-Point insolite ).

 

Avant de prendre une photo, Gauthier me conseille de demander l'aval aux militaires postés devant l'agence de la BEAC (Banque des Etats de l'Afrique Centrale). C'est l'organisme qui gère le "Franc CFA" (Franc de la Coopération Financière en Afrique centrale) et qui fédère les six pays membres de la CEMAC. Il est vrai que le bâtiment "sensible" est situé juste dans ma ligne de mire, derrière le buste. Je traverse donc la place pour rejoindre trois hommes en tenue de camouflage (très utile en ville...) assis à l'ombre, de l'autre côté de la rue. Je les salue et leur tend une main qu'ils ne refusent pas. Ils sont par contre très peu diserts. Ils me répondent à peine, mais ne voient pas d'inconvénient à la prise du cliché. Miracle, ils ne me demandent même pas un petit billet ! Cela aurait été le comble devant la banque. 

 

rond-point-tribunal-buste-

Centre du rond-point

 

Le monument est un buste posé sur un piédestal à plusieurs degrés, recouvert de marbre (?) gris-blanc. Le buste représente un homme jeune, presque souriant, habillé d'un costume et d'une cravate barrée de trois bandes. Le buste semble peint et pas en bronze massif. Il a été fait par des Coréens.


buste-joseph-pouabou

Buste de Joseph Pouabou

 

En dessous, la pose d'une plaque a légèrement fendu la pierre. On peut y lire "Joseph Pouabou Premier Président de la Cour Suprême 12 Mai 1919 / 15 février 1965".

Les informations que l'ont m'avaient données en décembre 2009 étaient donc presque justes. Afin d'honorer la mémoire du brillant magistrat, le rond-point porte désormais son nom. La stèle a été dévoilée début août 2010 en marge des commémorations du Cinquantenaire par M. Alexandre Honoré Paka (Préfet de Pointe-Noire) et le maire actuel, M. Roland Bouiti-Viaudo.


Un peu d'histoire...

 

Ce haut magistrat a donc été le premier à occuper ce poste de Président de la Cour Suprême lors de l'Indépendance du Congo en 1960. Il a été victime d'un assassinat politique en février 1965, sous la présidence de Massamba-Débat. C'est l'époque où le parti unique vient d'être instauré et où on chemine vers le "socialisme scientifique". Les positions de Joseph Pouabou ne sont pas alors du goût du pouvoir. Il est enlevé de nuit à Brazzaville et exécuté.

Si cet acte n'est pas attribuable directement au Président de la République de l'époque, le procès de 1969 attribuera cet assassinat (tout comme celui de deux autres hauts fonctionnaires) à des proches. Le contexte politique révolutionnaire était alors très tendu. Ainsi la JMNR (Jeunesse du Mouvement National de la Révolution) était chargée dès 1964 d'encadrer la jeunesse congolaise et de l'éduquer à une doctrine d'inspiration marxiste. La milice du parti unique, la "Défense Civile", sèmera ensuite la terreur.

La famille Pouabou est semble t-il originaire de la région de Pointe-Noire. Un de ses membres a été maire de la ville. Elle a donc attendu 45 ans avant que l'on réhabilite Joseph Pouabou. Son épouse Sophie Mavoungou, la "veuve Pouabou", est décédée en mai 2009 à Monaco à l'âge de 90 ans. Elle n'aura pas vu l'hommage rendu à son mari.

 

Sources : http://historiensducongo.unblog.fr/

Les Dépêches de Brazzaville n° 1055 - 19 août 2010

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 15:00

Gauthier me remet l'autorisation de sortie d'oeuvre d'art. Je lui paye le sanza (25 000 FCFA). Jacques me montre la photo d'un expat prénommé Etienne, parait-il habitant Paris. Cet Etienne a semble t-il fait croire à Jacques qu'il me connaissait... Eh non, tous les Blancs de France ne se connaissent pas ! Nous sommes beaucoup plus nombreux qu'à Pointe-Noire...

 

Je décide d'aller me promener accompagné de Gauthier. Le vendeur Basile, très patient, attend toujours à la sortie de l'hôtel...

Nous sommes partis à pied, mais cela dérange un peu Gauthier. Nous prévoyons de marcher jusqu'à chez lui et il trouve que cela fait loin pour moi... Il pense même que je vais prendre un taxi à mi-chemin. Je lui explique que les Blancs aussi peuvent marcher ! 

 

mur-cinquante-indep

      Logo des 50 ans d'Indépendance du Congo

 

Nous passons derrière la résidence du Président, en longeant la voie ferrée. Quelques maisons situées à côté, abritent semble t-il son personnel. Des enfants jouent dans la cour. Une maman qui étend du linge rappelle à l'ordre sa progéniture. Un peu plus loin, des ouvriers s'affairent à creuser et transporter de la terre. Je les salue au passage. En face, se trouve un petit bistrot. Sur le mur blanc, le logo du cinquantenaire de l'Indépendance a été peint. Les couleurs nationales sont bien là, et derrière le cinq, une carte stylisée du pays fusionne avec le zéro. Une colombe, symbole de Paix, survole l'ensemble. Espoir pour les 50 ans à venir ?


Les 50 ans d'Indépendance ont aussi été fêtés à Pointe-Noire, notamment par la tenue d'un défilé. Sans le faste de la capitale (cf Post-Scriptum : cinquantenaire de l'Indépendance du Congo ). Cet anniversaire a fait l'objet d'une vaste récupération commerciale, comme le montre la publicité pour l'eau de source Mayo arborant le drapeau national

 

mayo-pub-50ans

      Publicité Mayo

 

Ce cinquantenaire a été l'occasion pour la ville d'accélérer certains travaux, de repeindre quelques façades, de nettoyer ou masquer quelques laideurs. Le jet d'eau place de la gare a ainsi été remis en fonction. Le local des artistes situé près de la Poste a été déblayé et repeint en blanc. On a aussi massacré quelques arbres...

On voit encore flotter ça et là, un drapeau  avec les présidents du Congo : Youlou, Massamba-Debat, Ngouabi, Yhombi-Opango, Sassou-Nguesso et Lissouba.

 

 

50ans-affiche-presidents

Les présidents du Congo (source : blog Pambou JJ)


 

Nous traversons la voie ferrée, longeons la DIRATT (repeinte en rose !) et prenons la rue Moungali. Je note au passage que quelques façades de l'avenue Ngouabi ont été ravalées, dont certaines d'un jaune éclatant. Par contre, les petites boutiques faisant face au collège Tchicaya ont été murées ! 

 

boutiques-moungali

Boutiques "réalignées" de la rue Moungali

 

Gauthier m'explique qu'il fallait faire un "réalignement" et que d'autres interventions de ce type ont eu lieu à la "cité". On a monté sommairement un mur de parpaings, sans prendre la peine de démonter vraiment les baraques. Nous filons ensuite vers le rond-point.

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories