Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 10:30

Je poursuis ma balade sur la plage de la Côte Sauvage et j'observe les changements. Tout comme sur la Côte Mondaine, je constate une érosion importante. A certains endroits, une dénivellation d'un mètre de hauteur de sable est à noter. Les variations de marée sont faibles ici et ne doivent pas en être responsable. Une tempête a t-elle eu lieu récemment pour expliquer cette disparition du sable ?

 

erosion-côte-sauvage

Dénivellation de sable sur la Côte Sauvage

 

Un couple d'européens joue à lancer dans l'eau un bâton que leur chien va chercher. Cela retient l'attention de congolais, bon public et peu habitués à ce genre de spectacle. Au Congo, le chien n'a pas la place d'animal de compagnie chouchouté qu'on lui accorde dans les pays occidentaux.

 

Le wharf n'est plus qu'un vestige très discontinu. La grue qui subsistait encore début juin à son extrémité a sombré dans l'océan (cf Jour d'acclimatation ). Ce sont en fait cinq tronçons qui ont été engloutis par les flots ! Combien de temps encore vont tenir les quelques piles restantes ?

 

wharf-grue-disparue

Extrémité du Wharf (enfin ce qu'il en reste...)

 

La nouvelle aile de l'hôtel Azur est enfin achevée. Il reste un petit échafaudage pour terminer la peinture de la façade. Donnant sur l'océan, son architecture est sobre, loin de l'esbroufe de l'Atlantic Palace Hôtel.

 

hotel-azur-aile 

Hôtel Azur

 

Je croise un jeune homme qui est intrigué par le fait que je regarde les éléments rejetés par la mer. De nombreux déchets malheureusement... Je trouve un os de seiche et lui montre. Je ne pense pas qu'il sache ce que c'est.

 

fabrice-os-seiche

Fabrice et l'os de seiche

 

Je lui demande son prénom. Il s'appelle Fabrice comme moi ! L'interrogeant sur son activité, il me dit qu'il transporte des marchandises sur le marché. Fabrice a de tout petits yeux, enfoncés dans leurs orbites, que l'on distingue à peine. Je le photographie "os en mains", la blancheur de ma trouvaille tranchant singulièrement avec sa peau sombre.

 

Fabrice décide de m'accompagner dans ma balade. Sur le chemin du retour, un vendeur ambulant veut me vendre une montre. Il me dit être Libérien et me demande si je connais le Libéria. C'est ma foi la première fois que je croise un Libérien, et je connais juste le nom de la capitale, Monrovia. Mais je n'ai pas besoin de montre, pâles copies venues sans doute d'Asie.

 

Un peu plus loin, un jeune homme me sollicite pour une photo. Il convainc sa copine de poser avec lui. Il a la main enrubannée dans un tissu bleu à carreaux. Sa copine est entièrement habillée de noir et porte de longues et fines tresses. Ce jeune homme bégaye et ajouté à l'accent local, j'ai beaucoup de mal à comprendre ce qu'il me dit.

 Je lui explique cependant que je ne peux pas lui donner la photo.

 

plage-jeunes

Couple de jeunes congolais

 

Je retrouve les scouts devant l'hôtel. Je poursuis jusqu'au Yes Club et remercie alors mon compagnon de promenade improvisé. C'est toujours mieux de ne pas être seul pour décourager les agressions éventuelles... Sauf bien sûr à faire une mauvaise rencontre ! Je donne à Fabrice de quoi s'acheter une bière ou payer une course en taxi et je rentre à l'hôtel.


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 10:00

En ce samedi matin, je reçois un appel de Patrice vers 8h30. Il me dit que Rosine m'a croisé dans un taxi et est arrivée 5 minutes après mon départ. Elle a testé le soir même le parfum et a embaumé tout le lit !

 

Au petit déjeuner, une imposante femme habillée d'un somptueux pagne noire mange... une omelette ! Ce n'est vraiment pas le genre de plat qui m'attire à ce moment de la journée.

Le serveur Serge me fait sourire, lui d'ordinaire impeccablement mis et d'attitude réservée, se met à chanter en même temps qu'une publicité "Je rêvais d'un autre monde...". Quand il y a moins de clients, je le charrie un peu, "Alors, le chanteur !". Il m'explique qu'il adore cette chanson du groupe Téléphone sortie en 1984. Moi aussi, cela me rappelle mon adolescence...

 

Je passe voir Herman le barman de l'hôtel. Il m'avait demandé de lui ramener des gels douche. Il s'était juste planté sur le parfum, pêche n'existe pas, c'est mangue. Pour un fruit aussi courant au Congo, c'est dommage ! Il est très content que j'ai pensé à lui. Je lui donne la photo (un peu ratée) de mon précédent départ sur laquelle il figure (cf Jour de départ : plage et adieux ).

Une coupe enrubannée d'un ruban tricolore (singulièrement en bleu, blanc, rouge !) trône sur le comptoir. Herman a remporté la coupe du meilleur serveur (de Pointe-Noire ?) pour la 2ème fois. Mais, il se plaint du manque de reconnaissance de la direction de l'hôtel et de son médiocre salaire. Dépité, il envisage même de vendre sa coupe ! A quoi bon, il a déjà conservé la première.

A l'entrée du Palm Beach, un gardien me dit qu'un chauffeur est passé pour me voir. Il a attendu devant l'hôtel puis est reparti. S'il a cherché à me joindre, j'étais au petit déjeuner. Le gardien n'a même pas pensé à lui demander son prénom ! L'initiative ne semble pas au rendez-vous...


Je pars faire un tour sur la plage. Le temps est couvert. Un important groupe de scouts a pris place juste en face l'hôtel. Des enfants de tous les âges, encadrés par quelques adultes, entonnent des chants ou des prières. Je n'avais pas encore assisté à ce genre de manifestation sur la plage.

 

scouts-salutiste-plage

Groupe de scouts sur la Côte Sauvage 

 

Au milieu du cercle est planté un totem. Un jeune homme joue du mégaphone. Le vent de la plage ne facilite pas toujours la communication. Une grosse caisse et je ne sais plus quel instrument rythment l'ensemble.

Le totem représente un loup ! Imagerie un peu décalée au Congo où, à ma connaissance, il n'en a jamais existé. L'espèce locale de chien sauvage est le chacal à flancs rayés (Canis adustus). Mais il ne vit pas en groupe hiérarchisé comme son cousin européen.

Le loup, c'est donc pour cadrer avec le terme de "meute" employé dans le scoutisme. Les habits et le foulard rappellent ceux portés en France. Je ne sais pas pourquoi certains portent une chemise verte et d'autres une blanche. Une bannière affiche "Groupe Bethel".

On peut lire sur le totem : "Eclaireur salutiste du Congo ; Meute de la salle (?) centrale" 

 

scouts-totem-plage

      Totem des éclaireurs salutistes du Congo

 

Issue d'une association caritative fondée en 1878 par un pasteur anglais, dénommée l'Armée du Salut, l'activité semble prendre ici l'aspect d'une religion à part entière. Baden Powell lança quant à lui la mode du scoutisme en 1907. Le mouvement scout de l'Armée du Salut arriva au Congo en 1960, mais fût rapidement interdit par le régime en place. Le Mouvement National des Pionniers, d'inspiration marxiste, prit le relais pour encadrer la jeunesse...

A partir de 1990, l'étau se desserre. En 1994, le scoutisme de l'Armée du Salut est relancé et se structure au Congo sous le nom d'ESC. 


Sources : http://esc.over-blog.com/

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories