Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 20:00

On me pose souvent la question, alors qu'est ce que tu as vu comme animaux au Congo ? Les médias véhiculent encore l'image idyllique de l'Afrique des grands espaces, avec les grands mammifères (éléphants, zèbres, girafes, buffles...), vivants dans une savane de carte postale.

 

chasse-congo-antilope

Chasse à l'antilope au Congo français (carte postale vers 1910 - G. Giraud)

 

Force est de constater que nombre d'espèces animales ont disparu des paysages congolais. Au quotidien, la plupart des Congolais ne voient pas plus d'animaux sauvages que les Européens. 

Je dirais même que les plus chanceux des enfants européens, qui ont visité zoos et parcs animaliers, ont vu plus d'animaux d'Afrique que les enfants de Brazzaville ou de Pointe-Noire.

 

chasse-congo-hippopotame-chasse

Chasse à l'hippopotame au Congo français (carte postale vers 1910 - G. Giraud)

 

La chasse à grande échelle est la principale raison de la quasi-disparition de certains animaux au Congo. L'introduction par les européens des armes à feu modernes en grand nombre, à compter de la colonisation active du continent africain dans les années 1870-1900, a sonné le glas des grands mammifères de la brousse.

 

 

chasse-lion-aef

Retour de la chasse au lion en AEF (carte postale vers 1940)

 

A titre d'exemple, éteint dans 26 pays, en un siècle, le lion a ainsi disparu de 80% de son territoire d’origine.

Fini le temps où des familles de chimpanzés ou de gorilles traversaient les pistes du Mayombe sous le nez des voyageurs. Spectacle encore fréquent dans les années 1950.


chasse gorille-sangha

Gorille tué dans un village de Haute-Sangha (carte postale vers 1910 - CD) 

 

Pendant des décennies, c'est à qui veut son trophée et vivre le grand frisson en affrontant la faune locale. Mais la lutte est devenue bien inégale et laisse peu de chance à la bête traquée, contrairement à la chasse traditionnelle.

Bien entendu, la chasse était pratiquée depuis des millénaires avec arcs, flèches, sagaies et pièges de toute sorte.

 

chasse léopard-congo

Petit léopard tué à la chasse (carte postale vers 1900 - CFCO)

 

Pendant la période coloniale, c'est à qui veut sa photo à côté de la bête vaincue, voire même sur la bête vaincue ! Comme ce colon grimpé sur un éléphant mort au Gabon.

On tue parfois pour se défendre de l'attaque d'une bête sauvage. Mais les Européens chassent rarement les gros animaux pour la viande. Il l'offre aux autochtones, ravis d'en profiter. 

 

chasse elephant-gabon

Chasse à l'éléphant au Gabon (carte postale vers 1930 - Missions évangéliques)

 

Ainsi, les clichés de cadavres d'animaux pullulent dans les cartes postales des années 1900-1950. On fait parfois poser les enfants Noirs aux côtés des cadavres de chimpanzés...

 

congo-chimpanzé-tué

Chimpanzé mâle tué au Congo français (carte postale vers 1900 - Visser)

 

On croit la ressource sans fin et on tue sans compter... Il y a d'autres victimes que les mammifères terrestres, par exemple on pêche le machoiron à la dynamite !

 

Même les religieux participent au massacre et prennent la pose assis sur leur imposante victime...


Pourtant, certains avaient pressenti le danger. Georges Brousseau, administrateur colonial et compagnon d'exploration de Brazza, écrivait ainsi en 1925, parlant d'une espèce de bœuf du Gabon : " On les retrouve encore aujourd'hui dans ces parages, moins nombreux cependant, à cause de la venue des chasseurs civilisés, ces grands destructeurs d'espèces, plus dangereux que les pires fauves, qui en ont fait depuis quelques années de véritables hécatombes avec les armes à feu modernes ".


congo hippopotame-frere-loango

Hippopotame tué par un Frère de la mission de Loango (carte postale vers 1920)

 

Après les indépendances, les africains poursuivent la décimation, seuls, ou avec des invités avides de pratiquer leur "sport" favori.

Exemple récent, celui du roi d'Espagne, chassant l'éléphant au Botswana. Le comble étant qu'il était président d'honneur de la branche espagnole du WWF (association mondiale de protection de la nature) !! Titre dont il a été déchu, après que l'affaire soit dévoilée, suite à son accident de chasse...


Les mentalités n'évoluent guère (j'ai entendu au Congo "les animaux ne peuvent pas disparaître, puisque c'est Dieu qui les a créés !") et dans le contexte de misère, comment reprocher aujourd'hui aux Congolais de chasser pour manger, contrairement à la plupart de leurs prédécesseurs.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Nature
commenter cet article

commentaires

Anne 21/05/2013 11:08


C'est très triste mais très bien que vous en parliez.


Aujourd'hui, le braconnage continue sur le continent, selon les pays, pour soit alimenter des troupes ou factions en période de confilt, soit pour alimenter les marchés des grandes
villes, soit pour satisfaire une clientèle étrangère (asiatique par exemple qui faute de tigre se rabat sur le lion ).


J'ai eu vu une main de gorille(dans une mission) et un pied d'éléphant datant d'assez longtemps servant de cendrier, parait que c'était assez courant de voir ça à l'époque
coloniale. 


L'humain est le pire des prédateurs même pour lui même.


 

Fabrice 21/05/2013 19:18



On peut excuser la consommation locale de viande de brousse. Mais le trafic international (comme les supposés aphrodisiaques issus de la corne de rhinocéros) sont fortement condamnables. Mais les
solutions pas faciles...


Ces trophées animaliers fréquents à l'époque paraissent aujourd'hui bien morbides !


 



davidubois 18/05/2013 17:33


Oula, je me souviens d'une émission de France Inter où le WWF était évoqué en termes "malsains" : la fondation aurait été créée par des chasseurs s'inquiétant de la disparition de leurs cibles;
elle était épinglée aussi pour son manque de transparence : aucune publication de la liste de ses membres et opacité de son financement... Je n'ai pas réussi à retrouver le lien vers l'émission
diffusée entre 2008 et 2010... En revanche, les moteurs de recherches trouvent beaucoup d'articles négatifs sur cette fondation !
Il y a toujours des massacres d'animaux... Les rino d'un parc ont été exterminés par leurs propres gardiens, soudoyés !

Fabrice 19/05/2013 00:52



Je n'avais pas connaissance de ces accusations à l'encontre du WWF. Si la fondation joue ce sinistre double-jeu, c'est terrible !


Les parcs ne sont pas à l'abri des braconniers et hélas de la corruption des agents chargés de leur protection.



Charles 18/05/2013 12:20


Bonjour Fabrice,


Vous avez raison, cher Fabrice, la comparaison est excessive. Mais, cela me fiche en boule! surtout quand je croise dans la maison tous les trophées ramenés par mes ancêtres.


Vous êtes le patron de ce blog, mais, aussi, l'élément modérateur. Une sorte de sage..., un AMEGAN ! comme on le dit en Ewé ou en Mina, je ne sais plus ? Un ancien d'A.O.F., ou se
professeur d'histoire des langues Africaines fort désagréable, pourront certainement éclairer notre lanterne ?


Cordialement


Julian


 

Fabrice 18/05/2013 15:03



Bonjour Julian,


Pas de souci !


Pour la traduction, je ne peux pas vous aider... Mais les dictionnaires de ces langues doivent exister.



Charles 17/05/2013 23:47


Le seul lion que j'ai vu en Afrique c'était en 1958 au Togo, un vieux lion tout mité, dans un cirque en provenance d'Algérie.


L'Africain avait au moins cette excuse c'était de tuer des animaux pour se nourrir . L'Européen tue pour le plaisir, comme en 14-18. Nous n'avons aucune leçon d'humanité à donner aux
Africains.


 

Fabrice 18/05/2013 11:45



La comparaison entre la guerre 14-18 et le plaisir de tuer des animaux est excessive... Nombre de Poilus auraient bien aimé rentrer chez eux ! Et les épisodes de fraternisation avec les
Allemands, qui ont été masqués pendant des décennies, montrent que nos aïeux n'avaient pas forcément envie de tuer "celui d'en face".


Mais côté barbarie, les Européens et leurs multiples conflits fratricides au fil des siècles passés, n'ont en effet pas de leçons à donner...



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories