Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 11:15

Il est midi passé et comme nous nous sommes levés tôt, il est temps d'aller déjeuner. Nous entrons dans l'enceinte du restaurant nommé de manière logique... "Les rapides" !

Le restaurant jouit d'un très bel emplacement en surplomb du fleuve. Passé le portail rouge, sur une cinquantaine de mètres, une terrasse ombragée s'étale, formée de plusieurs niveaux et petits recoins. A droite de l'entrée, sous un appentis, quelques peintures sont exposées.

 

rapides-resto-congo

Le restaurant vu du lit du fleuve Congo

 

Nous prenons place à l'extrémité de la terrasse, à l'ombre d'un vieux manguier. Une magnifique vue s'offre à nous. Nous commençons, comme il se doit, par boire une bière.

Je dis à mes amis congolais que cela me fait "bizarre" d'être ici. Manu et Frédéric ne comprennent pas vraiment ce que je veux dire. Je leur explique que c'est un peu comme s'ils étaient à Paris ! J'ai du mal à réaliser que je suis face au fleuve Congo, alors qu'il y a peu de temps, j'avais face à moi les montagnes iséroises... Manu me raconte qu'on ne croit un Congolais, parti en voyage en France, que s'il revient avec une photo prise devant la Tour Eiffel !

 

rapides-resto-brazzaville

Un verre sur la terrasse...

 

Nous essayons de commander notre repas. Mais quand Manu demande quel type de poisson est disponible ce jour, la serveuse nous répond ... que le cuisinier est encore au marché ! Il faut donc patienter... La serveuse revient un peu plus tard et nous pouvons alors commander. J'opte pour un maboké avec des bananes.

Pour accompagner notre bière et tromper la faim, Manu achète, à travers les grilles, quelques cacahuètes à un vendeur ambulant, trimbalant sa bassine.

 

Patientant encore, j'en profite pour faire quelques clichés à partir du bout de la terrasse. Je découvre en aval, d'autres rapides impressionnants.

 

rapides-restaurant-vue

Rapides...

 

L'eau tourbillonne, les vagues semblent faire plusieurs mètres de haut et se fracassent sur les rochers. On aperçoit derrière un voile de brume une structure qui ressemble à un pont inachevé. Manu évoque un projet de pont. En effet, depuis 1991, il est prévu de relier les deux capitales par un véritable pont. L'aval des deux capitales, où nous sommes, est le bon endroit, le fleuve est peu large (environ 500 mètres) et le support rocheux permettrait d'asseoir solidement l'ouvrage. Il faut résister aux assauts violents du fleuve Congo ! Mais les relations délicates entre les deux pays, les soubresauts de l'Histoire et l'instabilité politique vécue sur les deux rives, ont fait que le projet a été maintes fois ajourné. Une telle construction bouleverserait aussi l'économie de la RDC, par un accès également prévu par rail, et aiguiserait la rivalité des ports en eaux profondes (Matadi et port en projet à Banana pour la RDC versus Pointe-Noire pour le Congo).

 

rapides-restaurant-congo

Toujours plus tumultueux !

 

Quel contraste en tout cas avec le calme de notre promontoire. Décidément, le restaurant porte vraiment bien son nom ! 

 

 

Sources :

http://groupelavenir.cd/spip.php?article30756 (2010)

http://www.congopage.com/La-Rdc-s-oppose-au-projet-pont (2005)

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Brazzaville
commenter cet article
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 11:10

Le fleuve Congo, de par son débit (record de plus de 80 000 m3/s), est le deuxième fleuve le plus puissant du monde (après l'Amazone) et le cinquième par sa longueur. Il est le deuxième plus long d'Afrique, après le Nil.

Quoiqu'il ne soit pas évident dans déterminer la longueur... On considère qu'il fait 4700 km, en incluant un sous-affluent, la rivière Chambeshi en Zambie. Celle-ci est un affluent de la rivière Luapula à travers le lac Bangwelo. L'autre branche principale, vers l'amont, est la Lualuba, nom donné au fleuve Congo jusqu'à Kisangani.

 

Avec un bassin versant de 3,7 millions de km2, à cheval sur 7 pays, il représente à lui seul la moitié des eaux africaines déversées dans l'Océan Atlantique. Son embouchure, au niveau de Muanda, fait partie de la RDC, bande de terre coincée entre l'enclave du Cabinda et l'Angola.

 

Fleuve congo-cours

Le bassin et le cours du fleuve Congo (Aliesin© Wikipedia)

 

Le fleuve sert de frontière naturelle entre la République du Congo (Brazzaville) et la République Démocratique du Congo (Kinshasa). Au niveau des deux capitales, il doit encore parcourir près de 500 km pour rejoindre l'Atlantique. De Brazzaville à Matadi (350 km), le fleuve traverse les Monts du Bangu et compte 32 chutes ou rapides qui rendent toute navigation impossible. Seuls les 140 derniers km entre Matadi et l'océan sont navigables, le fleuve, plus calme, permet alors aux bateaux d'emprunter son cours. En amont de Brazzaville, on peut remonter jusqu'à Bangui, en naviguant ensuite sur l'Oubangui.

 

La dénomination du fleuve vient bien sûr du royaume Kongo. Les européens considèrent que c'est le navigateur portugais Diégo Caô qui a découvert l'embouchure du fleuve en 1482-1483. Le Portugal implante dès cette époque des comptoirs le long des côtes africaines. On n'a pas encore découvert les Amériques et on ne connaît alors quasiment rien de l'intérieur du continent africain.

Mais le nom d'origine du fleuve pour les autochtones, c'est Nzadi ou Nzai. Ce qui donna par la suite Zaïre. Dans une optique de décolonisation linguistique et symbolique, c'est le nom que le Président Mobutu choisit pour l'ex Congo belge entre 1971 et 1997.

 

Sources : IRD (http://www.mpl.ird.fr/suds-en-ligne/fr/eau/fleuves/congo1.htm)

Wikipedia

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Nature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories