Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 17:15

C'est une carte postale qui nous montre la destruction, visiblement toute récente, des rochers emblématiques de Pointe-Noire, à l'origne de ce toponyme.

Une voie ferrée étroite a été mise en place tout le long du rivage du cap naturel. Pour cela, les rochers qui faisaient obstacle ont été réduits tout simplement en miettes...

Une petite motrice, ainsi que des wagonnets, utilsés pour le transport des matériaux sont visibles au premier plan.

 

Pointe-Noire : travaux du port (carte postale vers 1934)

Pointe-Noire : travaux du port (carte postale vers 1934)

On identifie un colon Blanc, aux côtés de trois ouvriers Noirs, qui sont pieds-nus. Un wagonnet porte une marque peinte en blanc "Entraco", du nom de l'entreprise qui effectue les travaux.

 

Pointe-Noire : travaux du port, détail (carte postale vers 1934)

Pointe-Noire : travaux du port, détail (carte postale vers 1934)

Le parallèle avec une vue montrant le "rocher fétiche" en 1928 est éloquent. Le wharf visible en arrière plan sert de point de repère.

Le recul pour la prise de vue est légèrement différent, mais on voit bien l'ancien emplacement du rocher, avec le reste du tronc de l'arbre qui figurait à ses côtés.

Roche fétiche de Pointe-Noire (cliché Gouvernement Général AEF - août 1928)

Roche fétiche de Pointe-Noire (cliché Gouvernement Général AEF - août 1928)

Pointe-Noire : travaux du port, détail (carte postale vers 1934)

Pointe-Noire : travaux du port, détail (carte postale vers 1934)

Les premiers remblais effectués permettent de créer des avancées dans l'océan et ensuite par des travaux d'enrochement plus importants permettront de mettre en place les fondations du port de Pointe-Noire.

La pose de la première pierre du port a eu lieu officiellement le 11 juillet 1934, mais on sait qu'une "plate-forme", selon les textes de l'époque, était déjà en place à ce moment là.

On peut donc situer, sans trop de risque d'erreur, la prise de vue au premier semestre 1934.

  

  

La modeste avancée dans l'océan est qualifiée de "jetée" sur une autre carte postale de la même période.

L'expéditeur écrit au verso : "Pointe-Noire, 4 février 1935, Mon cher Gustave, 

Dans ce nouveau port, les travaux avancent lentement. Que d'argent il faudra ! Enfin pour les navigateurs, cette (?) donne un petit peu de trafic."

Il faudra en effet plusieurs années pour que l'embryon de port permette aux bateaux d'accoster.

Pointe-Noire - La Jetée vers 1934 (© cliché Fouladou - Editeur Delboy)

Pointe-Noire - La Jetée vers 1934 (© cliché Fouladou - Editeur Delboy)

La voie ferrée à voie étroite, mise en place tout le long du cap jusqu'à la côte Mondaine, est très bien illustrée par cette carte postale. La prise de vue est effectuée depuis le "creux" de la baie de Pointe-Noire. On parle alors de "corniche" à l'instar de celle de Brazzaville.

   

Un individu posté au milieu de la voie (un "indigène") donne l'échelle au paysage, tout comme la silhouette bicolore du phare, et tout au fond le wharf, en filigrane, empiétant sur l'océan.

"Corniche" de Pointe-Noire et phare (vers 1935 © éditeur Photo Océan)

"Corniche" de Pointe-Noire et phare (vers 1935 © éditeur Photo Océan)

La voie ferrée se poursuivait le long de l'avenue de Loango et permettra de faire le lien avec des entreprises implantées dans ce quartier (notamment pour le transport de billes de bois vers des scieries) jusqu'aux années 1950.

Le développement du transport motorisé par camion mettra fin à ce mode de convoiement ferroviaire.

Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 15:30

Un rare cliché du cap naturel de Pointe-Noire datant d'avant sa transformation a retenu mon attention. Il s'agit d'une photographie prise ainsi avant les profonds remaniements qui allaient modifier irrémédiablement les contours de la côte Atlantique de la toute jeune cité congolaise.

    

On y voit un groupe de colons photographiés sur des rochers. Les ombres de l'appareil photographique, qui était alors une boite de taille assez importante, et du photographe planent au premier plan.

Colons sur les rochers noirs disparus de Pointe-Noire (1926)

Colons sur les rochers noirs disparus de Pointe-Noire (1926)

En y regardant de plus près, on identfie à gauche trois hommes portant le casque colonial, immanquablement de rigueur à l'époque.

Deux présentent une belle barbe, digne des explorateurs du XIXe siècle, et le troisième, assis un peu plus haut, semble plus jeune et arborre simplement une fine moustache. Et une cigarette à la main.

  

En arrière plan, la baie de Pointe-Noire étale sa plage (Songolo, la côte Mondaine) et son pourtour alors ourlé d'une dense végétation.

 

Colons sur les rochers noirs disparus de Pointe-Noire (1926)

Colons sur les rochers noirs disparus de Pointe-Noire (1926)

A droite, un quatrième homme est grimpé sur un autre rocher, avec à ses pieds des débris de végétation jetés là par l'océan.

ll est tout de blanc vêtu, le front est masqué par un casque qui tombe jusqu'aux yeux, et il porte une moustache plus fournie.

  

En arrière plan, on ne voit pas le wharf provisoire de la côte Mondaine censé être là en 1926. Il était assez court et sans doute que sous cet angle de vue, était-il masqué par les rochers.

En effet, la datation du cliché est faite par l'annotation inscrite au verso : " M'Boulou le 14/9/1926   André".

M'Boulou étant l'un des centres importants pour la main d'oeuvre du chantier de construction du chemin de fer Congo-Océan, on peut présumer que ces hommes, ou au moins l'un d'entre eux le signataire prénommé André, travaillaient à la réalisation de la voie ferrée.

M'Boulou deviendra ensuite le village "Les Saras".

Colon sur les rochers noirs disparus de Pointe-Noire (1926)

Colon sur les rochers noirs disparus de Pointe-Noire (1926)

André note également : "Roches fétiches où se faisaient les sacrifices humains pour favoriser les pêcheurs de requins".

C'est le première fois que j'entends parler d'une telle pratique. Légende ou réalité ?

  

Enfin une annotation ajoutée en bas à gauche, qui semble être postérieure et d'une autre main (peut-être celle du destinataire de la carte postale ?), indique "Anciennes roches de Pointe Noire". Le rédacteur est donc bien conscient que ces roches ont été détruites !

  

Rappelons que ce sont ces rochers noirs qui ont donné son nom au cap naturel, avec le concours de la végétation sombre de palmiers Borassus qui recouvraient alors la "pointe", le fameux "Ponta Negra", ancien point de repère des marins portugais, qui ont été les premiers à parcourir les côtes occidentales de l'Afrique.

 

http://voyage-congo.over-blog.com/article-les-origines-djindji-pointe-noire-87694337.html

http://voyage-congo.over-blog.com/article-origines-ponta-negra-pointe-noire-cap-87736521.html

http://voyage-congo.over-blog.com/article-origines-ponta-negra-pointe-noire-rocher-87736820.html

La roche fétiche de Pointe-Noire (extrait carte postale © Marichelle vers 1910)

La roche fétiche de Pointe-Noire (extrait carte postale © Marichelle vers 1910)

Ce cliché n'est pas sans rappeler celui du père Marichelle, pris une vingtaine d'années auparavant, montrant un groupe de sept colons (et leurs deux chiens) grimpés sur la "roche fétiche", et juste à côté, deux hommes Noirs assis sur un rocher plus petit, de forme plus arrondie.

    

La "roche fétiche" en forme de table inclinée, se situait sur le côté, sur la face Nord du cap naturel si j'ose dire, par rapport au groupe de rochers noirs situés à son extrémité.

  

Un plan de la ville de Pointe-Noire (vers 1933) confirme cette localisation (Atlas des Colonies Françaises - Société d'Editions Géographiques, Maritimes et Coloniales - Feuille 3 - Carte n° XXI - G. Grandidier).

Pour guider les bateaux abordant la côte, avant la construction du port, il y avait un feu maritime fixe vers les rochers et bien sûr le phare implanté un peu plus haut.

Localisation des rochers noirs et de la "roche fétiche" (extrait d'un plan de Pointe-Noire vers 1933 - Atlas des Colonies Françaises)

Localisation des rochers noirs et de la "roche fétiche" (extrait d'un plan de Pointe-Noire vers 1933 - Atlas des Colonies Françaises)

Un cliché plus ancien datant de 1924 montre le cap de Pointe-Noire avec au premier plan des habitations traditionnelles congolaises, celles d'un village de pêcheurs, avec encore quelques palmiers Borassus.

  

Sur le flanc du cap, on voit la "roche fétiche" (celle photographiée par le père Marichelle), et en arrière plan, le wharf provisoire de la côte Mondaine, nouvellement construit.

Cap de Pointe-Noire (1924), roche fétiche et wharf provisoire (Le CFCO - AEF - Les affiches - 1934)

Cap de Pointe-Noire (1924), roche fétiche et wharf provisoire (Le CFCO - AEF - Les affiches - 1934)

Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories