Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 09:15

En face de la résidence, on trouve plusieurs immeubles "déconstruits", dont il ne reste plus que l'ossature. Je suppose qu'ils sont en attente d'une réhabilitation qui se fait attendre ? A moins qu'il ne s'agisse d'une destruction inachevée.

D'après le témoignage d'un lecteur, ces immeubles appartenaient à la CPC (Compagnie des Potasses du Congo), l'ensemble s'appelant le "Kouilou". Lorsque la CPC a fermé en 1977 et qu'elle a rapatrié en France tous ses salariés, ces immeubles ont été confiés au gouvernement congolais.

Juste à côté, derrière la haie de bambous, on trouve un parc de stationnement de voitures. Les 4x4 sont légion.

 

pointe-noire-plateau-immeubles

Immeubles abandonnés...    

 

De l'autre côté, Avenue Emmanuel Dadet, on trouve le collège des Trois Glorieuses. Ce nom fait référence aux journées "révolutionnaires "des 13-14-15 août 1963 qui ont conduit à la destitution du Président Fulbert Youlou. C'est alors l'instauration d'un régime d'inspiration socialiste, proche de l'URSS et de la Chine, avec un parti unique. Le nouveau Président, Alphonse Massamba-Débat, parle de "socialisme bantou", d'autres optent pour le singulier "socialisme scientifique"...

 

pointe-noire-collège-3-glorieuses

Collège des Trois Glorieuses

 

Le collège des Trois Glorieuses est en fait l'ancien collège secondaire construit en 1952 par les soeurs de la congrégation du Saint Esprit. L'ancienne mission est située juste derrière (cf Pointe-Noire : l'ancienne mission du Plateau ). Les soeurs Thécla Flören et Arlette Dubois avaient oeuvré pour la construction de cet imposant groupe de bâtiments.

Après l'Indépendance, le collège a été nationalisé, et s'est appelé brièvement "Monseigneur Carrie" (en référence à l'évêque de Loango, pionnier de l'évangélisation du pays, cf Loango : la mission catholique ). Ensuite, il a regroupé filles et garçons des deux anciens collèges privés, sous le nom de CEG des Trois Glorieuses. Les soeurs enseignantes ont peu à peu quitté le Congo.


Les élèves portent toujours un uniforme. Les filles de couleur rose, les garçons de couleur beige. Un long mur peint en bleu ceinture l'établissement. Il porte l'inscription "Merci Warid Congo". L'opérateur téléphonique a dû financer la construction ou au minimum la réfection du mur.

 

pointe-noire-plateau-carrefour

Carrefour animé

 

Au milieu, on trouve un carrefour où se rejoignent cinq rues. D'ici, on peut atteindre assez facilement l'avenue de Gaulle, le rond-point du 31 juillet, la "cité" ou le boulevard de Loango (Côte Mondaine).

C'est assez animé et bruyant aux heures de pointe !

 

pointe-noire-pharmacie-trois-m

Pharmacie du carrefour

 

Une pharmacie fait l'angle de deux avenues. Elle porte le nom "les trois M". Je n'ai pas trouvé à quoi cela faisait référence.

En arrière plan, un grand immeuble en arc de cercle est en cours de construction. L'un des nombreux chantiers en cours dans la ville.

 

 

Sources : L'Église de Pointe-Noire : évolution des communautés chrétiennes de 1947 à 1975 - Guy Pannier - Editions Karthala

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 09:00

Le départ pour le Congo s'effectue le lundi 3 décembre en fin d'après-midi. L'automne plutôt clément a cédé la place à des conditions hivernales.

 

chene-automne-2012

De l'automne ensoleillé...

 

Depuis la veille, il "neigeotte" en plaine et je croise les doigts pour que les chutes de neige ne soient pas trop importantes. Cela serait source de retards éventuels pour les moyens de transport que nous devons emprunter.

Au moment du départ, il fait 0°C et il tombe une pluie mêlée de neige. Mon collègue Aurélien qui m'accompagne pour cette mission me rejoint et nous prenons le même taxi pour atteindre la gare routière. Le chauffeur s'enquiert de notre destination. Direction le Congo, à la saison des pluies, chaleur et humidité combinées. Il faut partir habillé en hiver, en prévoyant de passer à l'été en sortant de l'avion.

 

neige-2-dec-2012

...aux conditions hivernales (© France 3 Alpes)

 

Le voyage se déroule sans encombre, bus pour l'aéroport, un premier vol Lyon-Paris et puis le vol Paris- Pointe-Noire à 23h30. Aurélien découvre pour la première fois un avion Airbus long courrier, et le repas de la classe Affaires. Les vins sont à son goût !


Arrivée en douceur à Pointe-Noire le lendemain à 7h30. Il fait 26°C et le temps est légèrement brumeux. Tout fonctionne bien à l'aéroport, passerelle, climatisation et tapis roulant. J'explique à Aurélien les contrôles à subir. Il vient tout juste de se faire vacciner contre la fièvre jaune.

Nos bagages sortent rapidement, les employés d'Assistance et Conseil nous prennent en charge. Surprise, dans l'aérogare, je retrouve Gauthier ! Je m'attendais plutôt à voir Manu, mais c'est mon vendeur d'antiquités favori qui a fait le déplacement. Chaleureuses salutations et à bientôt pour les "affaires"...

Nous rejoignons le bus, il faut attendre... Je retrouve la moiteur ponténégrine et son versant, la climatisation. Nous sommes peu nombreux à arriver ce matin. Deux hommes quittent le bus pour rejoindre l'héliport, pour un départ direct vers le off-shore.

 

En cette saison, nous sommes au même horaire que le Congo. L'avion arrive plus tard et c'est l'heure de pointe. Bouchons assurés pour quitter l'aéroport. Aurélien découvre la circulation anarchique, la conduite au klaxon et les dépassements en triple file.

On emprunte une nouvelle voie goudronnée, qui finit par rejoindre, après plusieurs tournicotements, l'avenue des Manguiers et la gendarmerie. Après un détour par le Derrick pour déposer un voyageur, on nous conduit à une résidence que je ne connais pas, le "guest Charlemagne".

 

pointe-noire-residence-charlemagne

Résidence Charlemagne

 

Elle se situe dans le quartier du Plateau. Un long bâtiment blanc de deux étages nous attend. Mais quand nous arrivons, nos chambres ne sont pas faites. Ménage en cours... Il faut patienter ! Je réclame une bouteille d'eau et une serviette. 

Après la nuit passée dans l'avion, il est nécessaire de faire un brin de toilette. J'appelle ensuite notre contact professionnel. Il nous envoie un chauffeur.

Je retrouve Ghislain qui m'avait accompagné précédemment, en octobre 2010. Nous voilà partis vers la base industrielle qui n'est pas très loin. Nous évoquons nos souvenirs communs. Ghislain a bien reçu les photos que j'avais envoyées à Manu.

 

pointe-noire-charlemagne-jardin

Petit jardin de la résidence vu de ma chambre

 

Voilà pour la première prise de contact avec le Congo. Le cadre de la résidence n'est pas désagréable, mais nous sommes un peu isolés, loin du bord de mer et des restaurants. Surtout quand on n'a pas de véhicule à disposition !

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories