Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 17:00

J'ai cherché à en connaître un peu plus sur l'évolution du premier monument érigé en hommage à Savorgnan de Brazza, sur le magnifique site du promontoire de Bacongo à Brazzaville, et inauguré début 1944 (cf Brazzaville : le "phare" hommage à Savorgnan de Brazza ).

 

brazza-phare-bacongo-aérien

Promontoire de Bacongo à Brazzaville vers 1955 (carte postale)

 

La "case de Gaulle" située à proximité immédiate, et dont la construction est contemporaine de celle du "phare", n'était pas à l'origine entourée de hauts murs (cf Brazzaville : la "case de Gaulle" ). Ceinturée de modestes murets, deux portails de pierre permettaient d'accéder à ce qui était alors une résidence privée du Général de Gaulle (avant de devenir Ambassade de France à l'Indépendance du Congo).

 

phare-monument-brazza-1944

Monument à Savorgnan de Brazza vers 1945 (carte photo)

 

Ma première quête était de trouver une illustration expliquant cette dénomination de "phare", aux connotations maritimes un peu surprenantes. J'ai trouvé un cliché ancien (hélas, non précisément daté) où l'on voit le monument peu après sa construction. A droite, on remarque les deux portails d'accès à la case de Gaulle. Quelques passants congolais prennent la pose devant l'édifice. On a aussi l'impression qu'il penche sérieusement à droite...

 

phare-brazza-lanterne

Monument à Savorgnan de Brazza et sa "lanterne", vers 1945 (détail carte photo)

 

Mais ce qui a retenu mon attention, c'est la présence tout au sommet, d'une sorte de globe qui fait immanquablement penser à la lanterne d'un phare ! 

Le témoignage de l'architecte laissait en effet à penser que le monument a vraiment servi de "phare", à usage quasi-militaire : "Au même moment [fin 1941], on a pensé à construire le monument juste à côté. Lequel monument était un phare vertical, projetant dans le ciel un jet de lumière. C’était en somme un signal, et de façon plus pratique un point de repère pour les aviateurs" (propos recueillis auprès de M. Erell le 23/01/1976 ; www.ambafrance-cg.org). Est-ce une lampe que l'on remarque à l'intérieur du globe ?

 

Une deuxième inauguration du Monument de Brazza a eu lieu lors de la pose du bas-relief "Traité avec Makoko" en janvier 1952. La date n'est pas choisie par hasard, il s'agit du centenaire de la naissance de l'explorateur. Le gouverneur Pierre François Pelieu, chef du Territoire du Gabon, avait allumé à Libreville le flambeau symbolique qui allait parcourir l'itinéraire jadis suivi par Savorgnan de Brazza, de la capitale du Gabon à celle du Congo.

 

brazza phare-inauguration-bas-relief

Inauguration du bas-relief du monument en 1952 (photo de magazine)

 

Le flambeau passa par Port-Gentil devant les enfants des écoles, et par Lambaréné où l'attendait le célèbre Dr Schweitzer. L'inauguration à Brazzaville, avec force drapeaux tricolores et militaires à cheval, se fit en présence de Louis Jacquinot, Ministre de la France d'Outre-Mer (l'homme qui lève le bras dans l'automobile), et de Paul Chauvet, alors gouverneur de l'AEF (l'homme qui effectue le salut militaire).

 

brazza phare-monument-1955

Monument de Brazza, le "phare" avec son bas-relief (carte postale vers 1955)

 

Au delà de la célébration coloniale, le bas-relief rompt la monotonie de l'austère mur de béton. Les trois autres faces de la pyramide devaient également recevoir des bas reliefs, mais le projet n'a jamais abouti. Dans les années 1950, on constate que le "globe" a déjà disparu du sommet du "phare".

 

J'ai eu du mal à trouver une illustration correcte de ce "Traité avec Makoko", bas-relief en céramique exécuté par le sculpteur Barroux. Une carte postale en présente heureusement un gros plan. 

 

 brazza-bas-relief-phare-barroux       

Bas-relief de Barroux sur le monument (carte postale © La Librairie Congolaise)

 

Il s'agit d'un groupe de cinq personnages, étagés sur deux niveaux. On reconnait à gauche le Makoko, avec son célèbre collier dentelé, accompagnés de deux hommes armés d'une lance. L'un d'eux pose un genou à terre, signe de soumission à l'autorité, ou en tout cas de non agressivité, l'extrémité pointue de la lance étant retournée vers le sol.

A droite, Savorgnan de Brazza bien sûr, en veste à boutons, échangeant des présents avec le roi des Batékés. A ses côtés, on trouve un homme armé d'un fusil (un tirailleur ?), mais dans une attitude non belliqueuse.

En dessous, on voit une partie des lettres en fer forgé formant la dédicace du monument, "A Savorgnan de Brazza et ses compagnons", aujourd'hui (quasi) disparue.

 

Le bas-relief en terre cuite a été détruit semble t-il vers 1963, dans les troubles révolutionnaires suivants la chute de Fulbert Youlou. Il n'a donc été présent qu'une dizaine d'années sur le monument, voilà pourquoi il est peu fréquent d'en trouver un cliché.

D'autres sources évoquent une destruction en 1980, mais je demeure sceptique quant à cette datation (cf http://www.patrimoine-congo-brazzaville.com/phare-de-brazza/).


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 21:00

Ayant trouvé une carte postale évoquant à "Brazza" la présence d'un "monument" sur la place de la Mairie, j'ai essayé de percer le mystère... En effet, je n'ai trouvé aucune trace de celui-ci dans le passé de la capitale du Congo. Le premier hommage monumental semblant être le "phare" situé au bord du fleuve (cf Brazzaville : le "phare" hommage à Savorgnan de Brazza). 

 

monument-brazzaville-place-mairie

Brazza - Place de la Mairie et le Monument (© Collection Etoile - Photo Albert) vers 1935    

 

La photographie n'est pas de très bonne qualité, mais on distingue bien à droite le "monument", un buste posé sur un piédestal. La tête est tournée vers la gauche et on devine le drapé du vêtement.

 

buste-brazza-mairie

Détail : le buste sur un piédestal de pierre

 

Concernant le célèbre explorateur, il existait bien un buste, celui en bronze, autrefois intégré au mausolée de la famille Savorgnan de Brazza à Alger. L'inhumation en Algérie avait eu lieu en décembre 1908 (après un premier enterrement effectué au cimetière du Père Lachaise à Paris en octobre 1905).

 

mausolée-brazza-alger

Mausolée de Savorgnan de Brazza à Alger (© CAOM)

 

Ce buste a été restauré et, je crois, a suivi en 2006 les dépouilles vers leur nouvelle localisation, le mausolée de Brazzaville (cf Brazzaville : mausolée Savorgnan de Brazza ). Je me souviens y avoir vu en 2011 un buste, exposé à l'étage (et non pas dans la crypte), mais il était de marbre blanc (pas vraiment réussi, je ne l'avais pas photographié).

 

buste-alger-tombeau-brazza

Buste de Brazza qui était sur le mausolée d'Alger (2006 © Patrick Robert)

 

L'original est une sculpture en pierre réalisée par Charles Cordier ("Buste de Savorgnan de Brazza, la tête légèrement tournée vers la gauche, la moustache taillée finement"). Il est réputé dans la seconde moitié du XIXème siècle pour ses nombreux bustes représentant des africains, Noirs et Arabes, exécutés avec un sens aigu de l'observation.

Ironie de l'histoire, le sculpteur est mort en 1905 à Alger, quelques mois avant Brazza. L'œuvre a été réalisée in extremis en 1904 avant la disparition des deux protagonistes...

 

buste-brazza-cordier-bnf

Buste de Savorgnan de Brazza - 1904 - Charles Cordier (Don : René de Chambrun - © BNF)

 

L'homme a été un peu rajeuni pour accéder à la postérité, mais je trouve la sculpture très réussie. Arrivé à la cinquantaine, il avait bien sûr pris de l'embonpoint et les cheveux avaient blanchi, comme le montre ci-dessous, ce qui est sans doute l'un des derniers portraits de l'explorateur français ("Portrait de Savorgnan de Brazza debout, en manteau").

 

 brazza-savorgnan-portrait-1905

Portrait de Brazza vers 1905 (Don : René de Chambrun © Eugène Pirou - Musée Quai Branly)

 

Voilà donc ce qui était très probablement la source du "monument" de la place de la Mairie. Mais où était-il ?

L'éditeur de la carte postale m'a mis sur la bonne voie. Il s'agit de Charles Albert, photographe professionnel, ayant œuvré entre 1890 et 1937 en Afrique du Nord (Tunisie, Algérie principalement) et a priori pas en Afrique Centrale.

Bingo, bien sûr, ce n'est pas à Brazza-ville mais à ... Brazza tout court ! Il s'agit d'un petit village situé à environ 130 km au sud d'Alger, baptisé du nom de l'explorateur en 1906. Il devient une commune à part entière vers 1930 (source : http://alger-roi.fr), ce qui explique alors la présence d'une mairie. Son autre nom est Zoubiria.


brazza-algerie-carte-1950

Carte fantaisie de Brazza en Algérie vers 1950 (© Sirecky Editeur)


Le buste de Savorgnan de Brazza est-il encore en place en dépit des vicissitudes de l'Histoire ? Qui sait...

 

 

PS : En France, on trouve ce buste de Savorgnan de Brazza à Marvejols (Lozère). Il avait épousé, en 1895, Thérèse de Chambrun, sœur aînée du député local.

 

buste-brazza-Marvejols-stèle

Buste de Brazza à Marvejols en 2007 (© Szeder László - Wikimedia)


Le projet de 1937 est adressé au marquis Pierre de Chambrun pour qu'il fournisse le buste en pierre réalisé par Cordier en 1904. C'est le sculpteur Henri Louis Cordier (fils de Charles ?) qui réalise l'œuvre. L'inauguration du monument  de Marvejols en hommage à Brazza a lieu en 1946 (source : http://www.culture.gouv.fr).

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories